Game of drones
20 janvier 2016
CES de Las Vegas : les nouveautés en matière de télévision
25 janvier 2016
Show all

Les nanosatellites jouent dans la cour des grands

Les nanosatellites, ce sont de tout petits cubes remplis de nanotechnologies qui aujourd’hui, prennent de plus en plus de place dans les missions spatiales, de l’exploration de Mars à la surveillance d’astéroïdes potentiellement dangereux. Des universités aux agences spatiales en passant par les industriels, de nombreuses équipes s’y intéressent de très près.

Ils ne mesurent que dix centimètres d’arête, mais n’ont rien à envier à leurs camarades plus grands. Lancés depuis une quinzaine d’années, les nanosatellites ou cubesats ont imposé leur potentiel dans le secteur spatial comme dans le monde universitaire. Exemple au sein du Centre spatial Mektory de Tallinn. “Je n’aurais jamais pensé concevoir un satellite de ma vie parce que je me disais toujours qu’il n’y avait que la Nasa qui en construisait, confie Marta Hang (english), assistante du programme Cubesat au centre Mektory, mais aujourd’hui, je peux le faire moi aussi dans mon Université.” Tashi Dolma Gyeltshen, étudiante en master d’ingéniérie industrielle, renchérit : “Tous ceux qui participent à ce projet, on vient tous d’horizons différents et chacun de nous se donne à 100%,” assure-t-elle.

Ce projet est le fruit d’une initiative universitaire internationale à laquelle participent étudiants et professeurs en collaboration avec des industriels. L’objectif, c’est de former les élèves en vue de leur professionnalisation dans le secteur spatial. En ce moment, ils préparent leur première mission. “On est en train de développer une unité cubesat pour une mission de télédétection : le satellite doit donc prendre des images de la Terre,” explique Mart Vihmand, directeur du Centre spatial Mektory.

Moins coûteux et plus rapides à concevoir

Ce type de cubesat qui pèse entre un et dix kilos coûte moins cher que les gros satellites notamment parce qu’il est élaboré en grande partie à partir de composants électroniques existants. Il est aussi plus rapide à concevoir. Mais les étudiants de Tallinn ont encore deux ans de travail devant eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *